Hotel Sezz Paris et Saint Tropez - Site Officiel

Hotel Sezz Paris, boutique hotel design 4 étoiles proche Tour Eiffel, et Hotel Sezz Saint Tropez, hotel luxe design 5 étoiles à Saint Tropez...

L’Esprit Hotel Sezz

Shahé Kalaidjian, Hotelier créateur

Shahé Kalaidjian, arménien de Beyrouth, éduqué à Londres, est un voyageur au long cours et un hôtelier atypique.

Après des études dans une business school à vocation hôtelière en Angleterre, diplôme en poche, il part pour New York et pendant 6 mois, il imagine mille et une aventures possibles avant de réaliser que l'Europe lui ressemble mieux.
D'une pierre deux coups. Il quitte New York pour Paris et monte un hôtel aux confins de Disneyland Paris en 1995. Il y apprend tout de l'hôtellerie dans une logique de chaîne et surtout, ce qu'il souhaite, c'est une autre façon d'envisager ce métier.
L'hôtel unique dans son esprit, sa réalité, son design et son existence, celui qu'il projette, il va l'inaugurer en 1999 : le Pavillon de Paris. Son succès prouvera que l'intuition de Shahé était la bonne.
Shahé Kalaidjian nourrit une passion discrète pour l'architecture et le design. Son hôtel, il le veut à son image. Discret, secret, accueillant, chaleureux, subtil.

En 2002, il a envie d'un nouveau projet. Dans un quartier inattendu, le seizième arrondissement, un hôtel est à vendre avenue Frémiet. Séduit par l'atmosphère étrange du lieu, Shahé l'achète et décide de pousser plus loin encore la mise en œuvre de ce qu'il pense être l'hôtellerie du XXIème siècle.
Il va personnaliser le service à l'extrême, réinventant en quelque sorte le concept de « butler ». Suppression définitive de la sacro-sainte réception. L'entrée est devenue un lobby. Le visiteur est accueilli par celui ou celle qui, pendant toute la durée de son séjour, s'occupera de lui. L'espace, il va en confier la réalisation à Christophe Pillet. Rencontre imparable que celle de Shahé Kalaidjian et de Christophe Pillet tant l'un et l'autre ont su s'accorder pour matérialiser un hôtel hors norme.
Ainsi naît en 2005 le Sezz Paris, un hôtel éminemment urbain, citadin. Un hôtel où chaque meuble, chaque objet a été spécifiquement conçu par le designer-architecte d'intérieur.

Cinq ans plus tard, voilà que Shahé Kalaidjian a des envies de sud. Il découvre un autre Saint Tropez : non plus une image « bling bling » des nuits étirées mais plutôt celle de la presqu'île préservée.
Sur la route des Salins, un vieil hôtel défraîchi est à vendre. Shahé plonge, achète, réfléchit.
Il a en tête un hôtel hors norme. Un lieu de douceur et de sérénité, où la végétation serait omniprésente sans être envahissante, où l'élégance et le raffinement seraient la règle.
Il projette 35 chambres et 2 suites qui évoquent plus 35 maisons et 2 villas avec piscine. Soit 2.000m² édifiés sur un terrain de 11.000m².

Shahé réunit autour de lui un duo exceptionnel. Bien sûr et avant tout Christophe Pillet auquel le lie une complicité indéfectible et qui se chargera de l'architecture intérieure et du design. Christophe Ponceau, tout nouveau complice pour le paysage.
A Pillet le soin de mettre en œuvre les rêves d'espace et de confort de Shahé. A Ponceau celui de réaliser la conjonction végétale qu'il souhaite, mêlant le sauvage et le domestiqué.

Aujourd'hui, le rêve sudiste de Shahé Kalaidjian est accompli.

Christophe Pillet, designer

Il court, il court… Paris, Milan, Tokyo, New York, Hong Kong, Christophe Pillet passe d'un avion à l'autre, d'une ville à l'autre, d'un fuseau à l'autre, d'un rendez-vous à l'autre…
De là, sans doute, lui vient cette envie, ce goût d'un hôtel calme.

Avec Sezz Paris, il livre, probablement, l'hôtel auquel, en tant que voyageur, il rêve. Non pas un hôtel formaté et qui ressemblerait comme deux gouttes d'eau, à son homologue d'ici ou d'ailleurs. Mais un hôtel “contextuel” en quelque sorte. Un hôtel témoignant d'une histoire spécifique et d‘une culture singulière. Un hôtel parisien. Absolument, définitivement parisien dans son esprit, dans sa texture, dans ses couleurs, dans ses matières, dans sa substance.
Paris est une ville grise. Habillée d'une myriade de gris, depuis le bitume et le grès jusqu'au zinc et en passant par la pierre. Paris ne joue pas de l'affirmation péremptoire, mais de la subtilité.
Au Sezz, Pillet va, lui aussi, jouer du gris et de la subtilité : une enveloppe intérieure minérale, toute de pierre que vient ponctuer, scander des parquets très sombres, un éclairage savamment dosé et les taches de couleur d'un mobilier qui, quoique intégralement dessiné pour Sezz, évite le piège de la collection et joue le jeu de la sédimentation, de la trouvaille, du rapporté au coup par coup, au gré du coup de cœur.
D'emblée, le décor est posé, la maison est parisienne, intemporelle, absolument contemporaine et lovée dans une continuité imparable.

Avec Shahé Kalaidjian, Christophe Pillet a fait du Sezz à Paris un hôtel résolument urbain, citadin. A Saint-Tropez, Shahé voulait autre chose. Un hôtel simple, calme, paisible, qui évoque immédiatement sinon une maison de famille, du moins une maison de vacances. Avec une fois encore, l'ensemble des éléments qui le constituent entièrement créés, absolument nouveaux, mais résolument intemporels. C'est ce à quoi Christophe Pillet s'est attaché.

Au Sezz Saint-Tropez, à l'intérieur des chambres - des maisons - l'architecture offre une haute et vaste courbe culminant à 5 mètres et conclue par une immense baie vitrée.
Christophe Pillet a joué de cette courbe minérale et a imaginé un aménagement très bas, proche du sol, de façon à expanser, à exalter plus encore la sensation d'espace. Le sol est fait d'un grand dallage de pierres appareillées et les murs sont en béton structuré, le tout apportant la fraîcheur indispensable alors que le cuir et le bois des éléments mobiliers dispensent une atmosphère chaleureuse.
Quant à l'immense baie vitrée, Christophe l'a tendue de voilages légers, translucides qui préservent l'intimité. Et qui, tout autant, flottent au gré du vent, jouent avec les ombres portées des arbres environnants.
Lier le dedans et le dehors, jouer des sensations et des émotions a été, pour Christophe Pillet le souci constant.
L'espace une fois maîtrisé, mis en scène, magnifié, il s'agit de l'équiper, de le meubler. Lits, tables, sièges…tout a été spécifiquement créé pour le Sezz Saint-Tropez, à son image, partie essentielle de son identité.
Christophe Pillet a voulu un mobilier simple et raffiné, balnéaire en quelque sorte. Et surtout, léger, comme en flottaison dans l'espace. Très contemporain, avec des lignes très pures, des matières nobles mais discrètes. Un mobilier résolument inscrit dans l'histoire du temps, dans l'époque, et néanmoins intemporel. Et ceci, bien évidemment, qui vaut pour les chambres, les maisons, vaut également pour les espaces communs, les bords de la piscine, l'accueil, le spa et le restaurant. Partout, il s'est attaché à régler les correspondances entre formes et matières, à jouer de cette incroyable lumière provençale dont il fallait la nuit venue retrouver la légèreté et la densité, à privilégier la vue exceptionnelle qu'on a sur la nature où que l'on se trouve au Sezz Saint-Tropez.

Infos ▾
Afficher la photo en plein écran
Chargement...